Au moment où le Tour de France quitte Reims pour se diriger vers Nancy, et où l’on vous parle de sa cathédrale, de ses caves, de ses sacres il y a tellement d’autres lieux et personnes vivantes dans Reims que nous aimerions partager avec vous pour faire changer nos regards.

Le quartier où s’échapper : Les Châtillons

Situé en périphérie sud de la ville de Reims, le quartier des Châtillons, composé pour l’essentiel de logements sociaux collectifs, abrite plus de 9 000 âmes. Sa particularité ? Sa construction a été pensée de manière à ressembler à un village, avec sa place des Argonautes en son centre et tout autour ses immeubles de six étages et leurs façades étonnantes en pâte de verre, uniques dans la cité des sacres. Découvrez donc la cité-jardin du parc de Vesle, le parc des Châtillons qui offre un espace de détente de près de 1,5 hectare, ou encore l’espace eau, qui fait la joie des petits et de grands pendant l’été.

Châtillons est aussi connu pour être le quartier des navigateurs : de Christophe Colomb à Dumont d’Urville, de Vasco de Gama à Cook, la majorité des rues portent le nom d’aventuriers parcourant les mers. Avec le programme de rénovation qui se profile, le cœur du quartier va être redessiné, des logements seront rayés de la carte, d’autres réhabilités, et la place des Argonautes, symbole du quartier, sera totalement transformée. 

Le monument à voir : La tour des Argonautes

Impossible de la manquer. Située en plein cœur du quartier, la Tour des Argonautes dénote des autres bâtiments des Châtillons par sa taille (51 mètres de haut, soit la tour la plus haute de la ville) mais également par ses couleurs : noir, blanc et gris. Construit entre 1969 et 1972, cet immeuble d’habitations singulier de 17 étages surplombe les alentours et offre une vue aérienne de Reims à couper le souffle.

Sur son sommet trône un imposant bateau en acier. La sculpture, qui s’illumine la nuit, représente l’Argo, le navire de Jason et des Argonautes dans la mythologie grecque. La Tour et son navire sont devenus l’un des fleurons de Reims au même titre que la cathédrale et ses illuminations.

L’association locomotive : D-BLOC 

« Par le quartier et pour le quartier ». Voilà le leitmotiv de l’association D-BLOC créée par Djiby Sylla, ancien éducateur âgé de 29 ans, aujourd’hui à la tête d’une société de transports. « On navigue avec les moyens D-BLOC, sourit le Rémois. D-BLOC parce qu’on vient des blocs mais aussi parce qu’on veut débloquer le quartier ».

La structure s’adresse aux jeunes de 16 à 20 ans et leur propose des actions culturelles, sociales et même humanitaires. Objectif : améliorer la vie quotidienne, sociale et professionnelle des adolescents et contribuer à la cohésion sociale au sein du quartier. « On porte plusieurs projets, notamment celui de construire des écoles et des puits à l’étranger. On organise des repas pour récolter des fonds, on reçoit des dons des habitants du quartier. Avec du réseau et les compétences de chacun, on essaye de faire ».

Le capitaine de route à rencontrer : David Erckelbout

Ne vous fiez pas aux apparences, avec sa carrure de boxeur et ses tatouages sur les bras, David Erckelbout est pour beaucoup, aux Châtillons, un modèle et une véritable source d’inspiration. Pourtant, il faut dire qu’il part de loin : il quitte l’école au collège et avoue avoir enchaîné les « erreurs de jeunesse » et les petits boulots… Jusqu’en 2001 où avec d’autres jeunes du quartier, il crée un club de foot : le FC Châtillons, qui deviendra le FC Christo en hommage à son cousin décédé dans un accident de scooter. Le club dont il est président se retrouve promu cette saison en ligue régionale. « C’est le troisième club de Reims, derrière le Stade et Sainte-Anne, et avec une démarche sociale ». Le Rémois propose chaque été depuis 7 ans des stages de foot gratuits pour les filles et les garçons du quartier. Le lien social, il le construit également en tant que médiateur sportif et social. « On va sur le terrain, à la rencontre des jeunes, on essaye de les orienter ».

Aujourd’hui à 39 ans, il est fier du chemin parcouru. « J’ai obtenu mon BPJEPS et une licence dans le management sportif cette année », se félicite-t-il. Rien ne peut l’arrêter : à la rentrée, David Erckelbout veut développer une licence d’aeroboxe dans son club, le Boxing Club de Châtillons créé en 2013, pour attirer davantage les filles du quartier au noble art.

Le café où se ravitailler : La Tasse à café

Sur votre parcours, si vous cherchez un endroit pour recharger les batteries, faites un arrêt à La Tasse à Café. Prenez place au milieu des « anciens » du quartier des Châtillons – par anciens, comprenez les plus de 40 ans -, et dégustez tranquillement votre café en lisant l’Union. Si le cœur vous en dit, tentez votre chance en grattant un petit jeu. Vous pourrez également suivre la Grande Boucle sur le petit écran télé. Mais La Tasse à Café, c’est avant tout un de ces lieux de rencontres et de discussions entre générations. En bonus : une vue directe sur la Tour des Argonautes. Le gérant vous accueille au 6 avenue Christophe Colomb dès 6h30 et jusqu’à 19h en semaine. 

Leila KHOUIEL